De la théorie à l’action : comment l’intégration de l’égalité des genres renforce la résilience urbaine

Posted on : 18 août 2020

Voir la session du webinaire ici


Une société résiliente repose sur l’action climatique et l’égalité des genres.

Afin d’arriver à des progrès concrets, un changement profond des attitudes envers le rôle des femmes est d’abord nécessaire. Le 28 juillet, un panel de spécialistes sur le genre, le climat et le développement urbain a participé à un webinaire organisé par la Convention des Maires en Afrique Subsaharienne (CoM SSA). Intitulé «L’importance de l’égalité des genres en temps de crise : comment passer de la théorie à l’action?» le webinaire fut l’occasion de contextualiser comment l’intégration de l’égalité des genres dans la politique urbaine et climatique peut renforcer la résilience des villes aux chocs des crises mondiales. Les intervenantes ont présenté des solutions concises pour y parvenir.

«Le changement climatique ne peut pas être vécu de la même façon par les hommes et par les femmes» affirme Madame la Maire Gisèle Rose Mpans de la Commune de Doumé au Cameroun et Secrétaire Générale du Réseau des Femmes Elues d’Afrique des Cités et Gouvernements Locaux Unis d’Afrique (CGLU Afrique), qui mène plusieurs actions en faveur de l’égalité des genres. Elle souligne que la sensibilisation, le développement de stratégies locales et l’inclusion des femmes dans les processus de prise de décision sont essentiels à l’autonomisation des celles-ci.

Giulia Maci, directrice du programme «Cities for Women» pour Cities Alliance de l’UNOPS, dénonce un système qui n’a jamais pris  en compte les femmes: «les villes ont été construites pour les hommes, mais au centre d’une ville résiliente sont des femmes autonomes. Celles-ci sont également en première ligne de la crise climatique au niveau local, ainsi qu’en réponse à la Covid-19 en tant que soignantes». Or elle précise qu’une «planification urbaine qui est sensible au genre permettra une approche transversale dans laquelle les systèmes d’alimentation, d’énergie et de transport renforceraient l’autonomie des femmes.»

Alors que la crise climatique ne cesse de révéler la manière dont les infrastructures défavorisent les femmes, la pandémie a exacerbé les inégalités existantes. Gifti Nadi, directrice régionale adjointe d’Africa C40 Climate Leadership Group fait le parallèle entre les deux crises : «la pandémie a eu un impact particulier et disproportionné sur les femmes, en particulier dans les pays du Sud». De même, les politiques climatiques tenant compte du genre «font partie d’une approche fondée sur les droits humains et axée sur l’élaboration de politiques inclusives et justes».

De la théorie à l’action

Pour voir les changements se concrétiser sur le terrain, «l’égalité des genres est l’objectif et l’intégration des femmes est la stratégie» explique Nachi Majoe, responsable des alliances stratégiques pour ICLEI Afrique. À cette fin, ICLEI Afrique a récemment lancé la «Women Leaders League»,  destinée à mettre en relation des femmes dirigeantes au niveau infranational et mettre en place des politiques et des actions pour l’égalité des genres que les villes peuvent s’approprier.

Gifti Nadi ajoute que le leadership inclusif, la planification budgétaire et la parité des genres sont essentielles pour voir l’intégration du genre dans la politique urbaine se transformer en action.

Selon Fleur Newman, le point focal pour l’égalité des genres à la CCNUCC, la ville constitue un terrain  fertile pour mener une lutte efficace contre le changement climatique, surtout puisque «les gens vivent et travaillent dans les villes, ainsi les communautés urbaines peuvent mener des actions collectives, comme l’a démontré la réponse à COVID-19, et servir de pont entre les actions locales, nationales et internationales pour le climat».

Nasreen Al-Amid, directrice et fondatrice de Surge Africa, démontre que l’optimisation des moyens de communication peut inspirer l’action communautaire. Pour une sensibilisation efficace, leur travail se concentre sur les témoignages spécifiques au contexte culturel du public ciblé. «Pour que les gens intériorisent un concept, il faut que l’information s’articule par le biais d’une histoire» explique-t-elle. A cette fin, Surge Africa utilise les réseaux sociaux comme outil de changement positif, en mettant à disposition des ressources aux jeunes.

Au-delà de la sensibilisation, la parité est vitale : Selon la Maire de Doumé, le nombre des femmes occupant des postes de direction n’a cessé d’augmenter au cours de la dernière décennie, ce qu’elle qualifie de «petite avancée considérable pour que nous gagnons du terrain».

Dr Meggan Spires, directrice pour le changement climatique, l’énergie et la résilience chez ICLEI Afrique a conclu le webinaire en affirmant que la discussion a décortiqué, de manière accessible, un ensemble complexe de défis interdépendants qui place les femmes au centre de la solution.

 


🚨 ▶️ Abonnez-vous à notre bulletin de la Convention des Maires pour l’Afrique subsaharienne! Découvrez ce que la CoM SSA et ses partenaires font pour soutenir les villes d’Afrique!

Abonnez-vous 👉🏽 ici
Dernière edition 👉🏽 ici