Mission d’ICLEI Afrique à Bobo Dioulasso, «la ville verte du Burkina Faso»

Posté le : 30 janvier 2020

En décembre, ICLEI Afrique et la GIZ ont entrepris une mission d’une semaine au Burkina Faso dans le cadre de la Convention des Maires en Afrique sub-Saharienne (CoM SSA), une initiative soutenue financièrement par l’Union Européenne, la coopération Espagnol et l’Allemagne. La mission a eu pour but le lancement technique du Plan d’Action pour l’Accès à l’Energie et le Climat (PAAEDC) de la ville de Bobo DioulassoCette mission s’est tenue suite à l’adoption par le Conseil municipal réuni en session extraordinaire le 27 novembre 2019, à l’unanimité de ses membres, de la délibération portant adhésion de la ville de Bobo-Dioulasso à la CoM SSA.  

Le comité de pilotage et l’équipe technique du projet constitués   

Cette mission a permis de constituer et de préciser les rôles et les attributions au sein du comité de pilotage et de l’équipe technique du projet. Le comité de pilotage est composé des chefs coutumiers des dix villages constituant la commune, des représentants des départements concernés de la mairie et des différentes mairies d’arrondissements ainsi que des services déconcentrés de l’Etat. Sa première réunion s’est tenue le mardi 17 décembre 2019, rassemblant de nombreux medias locaux.  

Pendant la réunion, le Maire de Bobo Dioulasso, Monsieur Bourahima Sanou, a insisté sur l’importance de partir des réalités locales pour lutter contre le changement climatique au niveau global. Il s’est étendu aussi sur le rôle des élus locaux, « qui, au contact de la population et des communautés au quotidien, sont des messagers pour faire porter ce combat au niveau local. » Il a enfin présenté la Convention des Maires en Afrique Subsaharienne comme « une excellente opportunité pour mener des actions en faveur du développement durable.» 

Suite à cette réunion, ICLEI Afrique et la GIZ ont participé à la mise en place de l’équipe technique au sein de la commune de Bobo Dioulasso qui sera en charge de l’élaboration du PAAEDCL’équipe rassemble des membres de plusieurs départements (finance, communication etc.) de la ville ainsi que des organisations de la société civile et des chercheurs. Cette diversité d’acteurs a pour but de créer des synergies au niveau local et de profiter d’une expertise variée dans le but d’élaborer le PAAEDC.    

La mise en place de l’équipe a été suivie d’un atelier pour échanger sur les trois piliers du PAAEDC, l’atténuation et l’adaptation aux changements climatiques, ainsi qu’un accès durable, abordable et sécurisé à l’énergie. Ses membres ont ainsi pu identifier les besoins de la commune en termes de renforcement de capacité et ont rappelé la nécessité d’impliquer au maximum la population locale à toutes les étapes de l’élaboration du PAAEDC.    

Bobo Dioulasso : une ville verte déjà active dans le domaine de la lutte contre les effets du changement climatique  

ICLEI Afrique et la GIZ ont aussi eu le privilège de découvrir différentes initiatives locales visant à protéger l’immense patrimoine environnemental et forestier de la ville qui est parfois menacé de dégradation par la pression humaineLa ville est riche de nombreux espaces naturels comme la forêt classée de Kou, les ceintures et trames vertes, ou encore le marigot. La future mairie dont le bâtiment respecte les normes en vigueur au Burkina Faso, illustre la prise en compte de cette nécessité de réduire l’impact environnemental au niveau local  

Le Maire est d’ailleurs lui-même engagé personnellement via sa ferme dont l’approvisionnement en eau est alimenté par une pompe à eau fonctionnant à l’énergie solaire. Un autre espace naturel, La Guinguetta, un havre de paix et de verdure situé à une quinzaine de kilomètres du centre-ville qui profite à la population locale pour se ressourcer, est portée par le quatrième adjoint au Maire.  

Ces nombreux lieux et projets témoignent du fort engagement à tous les échelons des Bobolais afin de préserver ce qui a fait la réputation de Bobo Dioulasso dans tout le pays. C’est-à-dire celle d’une ville verte au climat agréable.  

Le lancement politique officiel du projet devrait avoir lieu en début d’année 2020  

La mission s’est achevée à Ouagadougou par des rencontres avec des experts nationaux provenant d’université, d’instituts et d’agences nationaux ou internationaux. Ces rencontres avaient pour but de renforcer le dialogue entre les niveaux local et national mais aussi d’aligner les résultats du PAAEDC sur les objectifs nationaux du Burkina Faso en matière de lutte contre le changement climatique et d’accès à l’énergie. 

Si les équipes en charges de l’aspect technique du projet ont été constituées durant la mission, le lancement politique du processus d’élaboration du PAAEDC devrait officiellement avoir lieu en début d’année 2020. Les prochaines étapes en vue de la réalisation du projet comprendront la collecte des données ainsi que la validation des résultats des études et la planification des actions qui devraient faire l’objet d’une prochaine visite d’ICLEI Afrique et de la GIZ à Bobo Dioulasso en 2020.